Article| Image
English
English
|
Francais
Directory Of Year 1988, Issue 1
The current issue
Current Location:Francais » 19881 » Après la signature du traité sur les INF
Bookmark and ShareCopy Reference Bookmark and Share Add To Favorite

Après la signature du traité sur les INF

Year:1988 Issue:1

Column: MONDE

Author: Ru An

Release Date:1988-01-20

Page: 44-46

Full Text:  

Washington/Moscou

Sous les yeux du monde entier, Reagan et Gorbatchev ont enfin appose leur signature sur le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF). Aux termes de ce traité, les deux puissances détruiront en trois ans tous leurs missiles nucléaires intermédiaires à portée moyenne et courte. Bien que ces missiles ne représentent qu'une partie mineure dans les arsenaux nucléaires des deux superpuissances, le traité sur les INF est quand même le premier accord sur la réduction des forces nucléaires intervenu depuis l'apparition des armes nucléaires dans le monde.

En effet, si les deux superpuissances sont parvenues à conclure un tel accord, c'est particulièrement poussées par leurs propres besoins. L'Union soviétique et les Etats-Unis se heurtent à de nombreux problèmes et difficultés. En outre, les élections générales étaient proches aux Etats-Unis et la réforme de Gorbatchev en était arrivée à un point critique. Ne pas saisir cette occasion aurait sans aucun doute été désavantageux pour les deux superpuissances.

Par ailleurs, les pressions internationales se faisaient toujours plus fortes que les deux superpuissances ne se soustraient pas aux responsabilités spéciales qui sont les leurs vis-à-vis du désarmement mondial. Dans ce domaine, les peuples des différents pays du monde ont joué un rôle très important.

Toutefois, la signature de ce traité n'est qu'un début. En effet, les missiles nucléaires à portée moyenne et courte ne représentent 4% de la totalité des arsenaux nucléaires des deux superpuissances. Même si ces missiles sont toutes détruits, elles possèdent toujours de forces nucléaires susceptibles d'anéantir plusieurs fois notre planète. Par conséquent, il serait prématuré d'estimer que le danger d'une guerre nucléaire est considérablement diminué et que la tension de la situation internationale est réellement apaisée.

Les négociations sur le désarmement comme la course aux armements entre l'Union soviétique et les Etats-Unis sont entrées dans une nouvelle phase au début des années 1980. Les pourparlers sur le désarmement se sont mis à viser non plus à une limitation des quantités d'armes, mais à la réducation et à la destruction partielles des arsenaux nucléaires et conventionnels. En même temps, la course aux armements s'est transformée en une rivalité centrée sur la mise au point d'armes à haute technologie.

En effet, l'application de la haute technologie à la mise au point et à la production d'armes nouvelles et au perfectionnement des armes actuelles a permis d'augmenter l'efficacité et la puissance des armes dans une mesure suffisante pour contrebalancer, et de beaucoup, toute réduction quantitative.

La nouvelle phase dans laquelle vient d'entrer la course aux armements implique non seulement la recherche sur les armes spatiales, et les essais et le développement de celles-ci, mais aussi le perfectionnement des systèmes d'armement actuels et les recherches sur une nouvelle génération de systèmes à haute technologie et leur mise au point. Après avoir déployé les missiles balistiques intercontinentaux terrestres mobiles SS-25, l'Union soviétique a commencé cette année à déployer les missiles mobiles SS-24 à têtes nucléaires multiples. Les Etatsunis ont déployé 21 missiles MX de chacun 10 têtes nucléaires, et projettent de déployer en tout une centaine de ces missiles. On s'attend à voir bientôt apparaîtres ses missiles mobiles «nains» à tête nucléaire unique de haute précision.

Les Etats-Unis et l'Union soviétique se font également concurrence dans le domaine des sous-marins nucléaires et de la technologie anti-sous-marins. Selon certaines nouvelles, l'Union soviétique a déployé quatre nouveaux types de sous-marins nucléaires depuis 1983, et est en train d'en construire à l'essai neuf autres types. Depuis que l'Union soviétique a acheté à la compagnie japonaise de machines Toshiba et à une compagnie norvégienne une technologie de pointe de fabrication des hélices de sous-marins, le bruit des sous-marins soviétiques a été réduit de façon importante.

Toshiba et à une compagnie norvégienne une technologie de pointe de fabrication des hélices de sous-marins, le bruit des sous-marins soviétiques a été éduit de façon importante.

Pour maintenir leur supériorité en ce domaine, les Américains projettent de dépenser 100 milliards de dollars pour construire de nouveaux sous-marins d'attaque et avions anti-sous-marins dans les 10 à 20 ans qui viennent. La marine de guerre américaine fait également des recherches sur de nouvelles méthodes de détection.

Ce que recherche surtout l'Union soviétique, c'est de limiter le programme américain de «guerre des étoiles», mais, secondairement, elle souhaite aussi forcer les Etats-Unis à se joindre à elle pour cesser tous les essais nucléaires. La stratégie soviétique consiste à lier ces deux questions aux pourparlers sur la réduction des armes stratégiques. Selon le plan soviétique, quand les deux pays auront éliminé la moitié de leurs armes stratégiques, Moscou exercera des pressions sur la Grande-Bretagne et la France pour que celles-ci participent au processus de désarmement nucléaire. Dans les pourparlers sur le désarmement de l'ensemble de l'Europe, l'Union soviétique, partant de sa supériorité du point de vue des forces conventionnelles, va travailler à l'élimination des armes nucléaires tactiques et an retrait graduel de toutes les armes nucléaires d'Europe.

L'objectif principal que visent les Etats-Unis est d'obtenir une importante réduction des armes nucléaires stratégiques offensives, c'est-à-dire en d'autres termes, de réduire ou de faire disparaître la supériorité soviétique dans le domaine des missiles balistiques intercontinentaux terrestres, et de maintenir leur propre supériorité dans le domaine des missiles stratégiques tirés depuis les sous-marins et des bombardiers stratégiques. La stratégie américaine consiste à essayer de résoudre la question de la réduction des armes stratégiques séparément, sans la lier à celle des armements spatiaux. Washington n'est pas nécessairement contre un ensemble d'accords, à condition bien sûr que cela n'entrave pas les essais cruciaux pour l'IDS et le déploiement futur de cette IDS. Les Etats-Unis vont maintenir les armes nucléaires tactiques et les troupes qu'ils ont en Europe occidentale, ainsi que leurs liens militaires fondamentaux avec l'Europe. Cependant, ils réduiraient probablement les effectifs des troupes qu'ils stationnent en Europe occidentale s'ils pouvaient moderniser leurs armes nucléaires et conventionnelles et si leurs alliés acceptaient d'assumer plus de responsabilités militaires.

Les Etat-Unis et l'Union soviétique vont faire de leur mieux pour résoudre certains différends techniques et signer le traité d'INF en accord avec l'option globale double zéro d'ici la fin de cette année. Il est presque certain qu'ils vont y parvenir. Cette signature va probablement être suivie d'une période d'optimisme au sujet de la détente et du désarmement, mais ce traité ne va en aucune façon promouvoir de rapides progrès dans les autres domaines des pourparlers américano-soviétiques sur le désarmement.

Il y a bien des chances qu'un accord sur l'interdiction globale des armes chimiques suive. Nombreux sont les observateurs qui pensent qu'un pacte de ce genre va être signe d'ici un an ou deux. Il pourrait se produire des retards du fait que, non seulement les Etats-unis et l'Union soviétique vont continuer à marchander, mais aussi que d'autres pays sont impliqués dans l'affaire, et que l'accord final ne pourra donc être décidé uniquement par Washington et Moscou.

A moyen terme, les Etats-Unis et l'Union soviétique vont probablement accepter quelques compromis en matière de réduction des armes stratégiques et de limitation des armes spatiales d'ici la fin des années 1990. Les deux pays sont parvenus à un accord de principe sur quelques limitations importantes lors de leurs pourparlers sur les armes stratégiques. Il est temps que les négociations se mettent à régler des problèmes substantiels.

Pour ce qui est des pourparlers sur les armes spatiales, les deux pays sont actuellement en train de discuter les termes du Traité sur les missiles antibalistiques (ABM) de 1972 pour parvenir à une interprétation acceptable de la mesure dans laquelle ce traité concerne des armes spatiales. Sur cette base, on va rédiger une liste des armes interdites dans l'espace et mettre certaines limites aux activités dans l'espace. Il serait difficile de régler ensemble les questions des armes stratégiques et spatiales pendant le mandat du président Reagan.

Il est également possible que les deux pays finissent par accepter de limiter la puissance et le nombre de leurs essais nucléaires souterrains. Mais ils ne le feront que si la technologie des essais nucléaires et les méthodes de vérification se perfectionnent et si ces limitations ne touchent pas les essais auxquels les deux pays veulent procéder à diverses fins. Cela ne pourrait se produire avant un ou deux ans. Même s'ils parviennent à un accord, celui-ci ne saurait être très important. Comme le traité américano-soviétique de 1974, qui limitait la puissance des essais nucléaires à l'équivalent de 150 000 tonnes de TNT, un tel pacte n'empêcherait pas les superpuissances de développer leurs armes nucléaires.

Les pourparlers sur le désarmement de l'ensemble de l'Europe vont être plus difficiles, plus complexes et plus prolongés que ceux concernant l'Europe centrale. Du fait que les négociations pan-européennes sont plus vastes, touchent à des domaines plus étendus et rassemblent des participants plus nombreux, et du fait des grosses différences entre le matériel militaire, les atouts et les points faibles des divers pays, un accord sur une réduction d'envergure de la présence militaire des deux blocs n'est pas pour demain. Cela n'exclut pas la possibilité que les Etats-Unis, l'Union soviétique et les autres pays concernés parviennent à un accord limité sur la réduction de quelques armements dépassés et une réduction symbolique des effectifs des troupes américaines et soviétiques stationnées en Europe. Un tel accord ne changerait rien à l'équilibre entre les forces militaires américaines et soviétiques ni entre celles de l'OTAN et du Pacte de Varsovie, ni à la situation politique ou militaire en Europe.

Les peuples du monde entier demande la cessation complète de la course aux armements et la destruction totale des armes nucléaires. Ils se réjouissent de tous résultats favorables des pourparlers sur le désarmement. Mais ils ne placent pas trop d'espoirs en ceux-ci. Ils continueront à s'opposer énergiquement à tous les efforts déployés par les deux superpuissances pour reprendre la course aux armements.

Vovons maintenant ce que nos «collègues» vont faire! Dessin de Zhu Zhenhua

Vovons maintenant ce que nos «collègues» vont faire! Dessin de Zhu Zhenhua

GO TO TOP
5 chegongzhuang Xilu, P.O.Box 399-T, Beijing, China, 100048
Tel: +86 10 68413030
Fax: +86 10 68412023
Email: cmjservice@mail.cibtc.com.cn
0.041